par

Une nouvelle chance pour les échecs ?

❤️

Bonjour à tous !

Vous pourrez trouver la version originale de l’article ici. Je ne tire aucun bénéfice de cette traduction, et n’ai pas de permission écrite de la part de l’auteur de l’article original. Si une demande de retrait de l’article m’est communiquée, je m’exécuterai dans les plus brefs délais. Si vous citez la version traduite par mes soins de l’article, n’oubliez surtout pas de créditer la source originale ! Il serait également gentil de votre part de créditer mon blog pour me remercier de mes efforts de traduction.

Bonne lecture !

À Londres, en avril, un Norvégien de 22 ans a fait la roue au bord de la Tamise. Magnus Carlsen, le joueur le mieux classé au monde (et top model pour G-Star RAW, une entreprise de mode) venait de gagner le droit de participer aux Championnats du Monde d’Échecs en Inde le mois prochain [NdT : l’article original date du 15 octobre 2013]. Son combat contre Viswanathan Anand, un Indien de 43 ans champion du monde depuis 2007, est un spectacle très attendu. Les organisateurs de matches y voient une chance de transformer un sport en difficulté en marque mondiale.

À une époque, le monde arrêtait de tourner pour les échecs professionnels. Des millions de personnes virent Bobby Fischer, un Américain, battre le Soviétique Boris Spassky en 1972. Dans les années 1990, quelques parties entre Garry Kasparov et Deep Blue, un ordinateur, fit renaître un peu de ce suspense. Mais malgré un intérêt croissant pour le jeu amateur, les échecs de haut niveau sont retombés dans l’obscurité.

Les fans attendent un comeback. L’an dernier, Andrew Paulson, un businessman Américain basé à Londres, a acheté les droits nécessaires pour organiser les compétitions les plus prestigieuses, incluant le duel de ce novembre. Pour un demi-million d’euros, la Fédération Internationale des Échecs (FIDE) a offert à Mr Paulson les licences marketing pour dix ans, et une chance de transformer les échecs en un sport lucratif.

Le jeu lui-même a un nombre incroyable de fans. Une recherche de YouGov, organisme de sondages, dans cinq pays différents, a trouvé que les deux tiers des adultes ont joué au moins une fois. La FIDE affirme que 605 millions de personnes jouent régulièrement. En Inde, où Mr Anand est un héros national, presque un tiers des adultes affirme jouer chaque semaine. Internet et les smartphones ont permis aux novices de ne plus avoir besoin d’un ami pour jouer.

Susan Polgar, grand maître hongroise et américaine, dit qu’environ 35 pays incluent les échecs dans les cours proposés à l’école. Les membres de FIDE constituent des associations dans 178 pays, une claire augmentation depuis les 90 pays concernés dans les années 1970. Cela a brisé la domination des compétiteurs professionnels Russes et Européens de l’Est. Hou Yifan, Chinoise de 19 ans, a gagné les championnats du monde féminins le 20 septembre. Mr Carlsen pourrait devenir le premier champion du monde originaire d’Europe de l’Ouest depuis 1937.

Mais cet enthousiasme bien enraciné n’a pas permis de rendre le jeu professionnel plus populaire. Les critiques n’hésitent pas à s’acharner sur les prises de décisions archaïques au sein de la FIDE. L’organisme à la tête des échecs s’en sort avec un budget d’environ 2 millions d’euros par an (la FIFA, fédération de football, a dépensé plus d’un milliard d’euros en 2012) et a eu seulement deux présidents en 31 ans. Depuis 1995, c’est Kirsan Ilyumzhinov, qui gouvernait également Kalmykia, une des régions les plus pauvres de la Russie, jusqu’en 2010. Cette année-là, Ilyumzhinov a dit qu’il avait été contacté par des extraterrestres une fois ; en 2011, il jouait aux échecs avec Khaddafi.

La FIDE a une relation très tendue avec certaines équipes nationales. Les fédérations anglaise et géorgienne l’accusaient de mal gérer le recrutement de plusieurs officiels en 2010 (en juillet 2012, une cour d’arbitrage a fini par donner raison à la FIDE). Des querelles intestines plus anciennes ont eu un impact sur le long terme. Dans les années 1990, Kasparov et le Britannique Nigel Short ont créé un circuit professionnel parallèle. Le schisme est resté jusqu’en 2006.

Un défi plus important à relever, c’est que regarder les échecs reste moins divertissant qu’y jouer. Une seule partie peut durer six heures ; son action la plus captivante peut être une nuance stratégique qu’on appelle la variation yougoslave du Sicilien. « Une bonne partie d’échecs, c’est un match nul », dit Maurice Ashley, un grand maître américain.

Ashley pense que les nouveaux formats de jeu et de tournoi pourraient attirer un public plus étendu. Les compétiteurs de ces échecs « éclair » doivent finir leurs parties en moins d’une demi-heure. Les matchs qui durent quelques minutes deviennent populaires en streaming. Pourtant, bien des joueurs résistent contre les parties rapides, affirmant qu’elles récompensent des échecs de mauvaise qualité. L’enthousiasme de la FIDE pour des tournois plus courts dans les années 1990 et 2000 a prolongé la division des échecs professionnels.

Les duels tout en durée pourraient tout de même réussir, s’ils sont bien vendus. Le rythme lent du golf n’empêche pas des publics de taille importante de suivre des tournois de quatre jours ; dans le monde du cricket, des commentaires drôles et intéressants gardent les fans en ligne pendant cinq jours consécutifs. Il y a quelque temps, la chaîne ESPN a transformé le poker, les dictées et un tournoi de Frisbee en moment de télévision tendu et dramatique.

Paulson, qui a fait fortune en tant que fournisseur d’accès Internet en Russie, dit que les matchs d’échecs peuvent constituer un « divertissement captivant et plein de suspense ». (Il se présentera le 12 octobre pour l’élection du président de la fédération d’échecs anglaise.) Il souhaite organiser plus de compétitions dans de grandes villes au-delà de la Russie et de l’Europe de l’Est, où la plupart des tournois ont déjà lieu. En Mars, il a lancé ChessCasting, une application web qui offre des statistiques et des commentaires sur des grands événements et des forums de discussions pour les amateurs. Il parle de diffuser le degré de transpiration, les regards et la fréquence cardiaque des joueurs.

Les échecs ont besoin de sponsors très généreux pour compléter leur transformation. Paulson pense que les entreprises voudront s’associer à un jeu « propre, pur et méritocratique ». Il n’a cependant pas encore annoncé de nouveau sponsor. « Une de nos erreurs a été de croire que ce serait facile », dit-il. Peut-être qu’un champion du monde qui sait faire la roue pourrait aider.

Commentaire / Comment

Commenter