par

Feminist Trans Men & the Narrative of Internalized Misogyny

❤️
Liked Feminist Trans Men & the Narrative of Internalized Misogyny by Seth Katz (Medium)

TERFS, Toxic Masculinity, Detransitioned Women, Transgender Men, Feminism, and the places they overlap

TERFS, Toxic Masculinity, Detransitioned Women, Transgender Men, Feminism, and the places they overlap

Source : Feminist Trans Men & the Narrative of Internalized Misogyny | by Seth Katz | Medium

Un tout petit résumé en français :

Un mensonge commun des TERFs, c’est que toute personne assignée femme à la naissance qui ne s’identifie pas comme femme cis a trahi son genre. L’idée, c’est que notre identité trans ou non-binaire trouve son origine soit dans un traumatisme, soit dans la misogynie internalisée, et qu’on peut surmonter les deux.

C’est assez absurde : on peut très bien être un homme (trans ou non) et un allié du féminisme, donc ne pas vraiment avoir de misogynie internalisée. On ne trahit pas le genre féminin en transitionnant, puisque le féminisme doit être inclusif, y compris des personnes trans (dans un sens comme dans l’autre).

Les hommes trans ne transitionnent pas pour gagner un privilège dans le patriarcat : en tant que personnes trans, le patriarcat nous fait toujours autant de mal.

Mentionner les regrets ou doutes des femmes qui ont fait une détransition n’est pas un argument utile contre nos identités trans. Ces histoires sont valides et importantes, elles méritent d’être entendues, mais elles n’ont pas à être utilisées comme arguments pour ôter de la légitimité aux vies et aux transitions des autres personnes assignées femmes à la naissance.

Édité le 26 septembre 2023 : Seth a supprimé son compte Medium, remplacement du lien par un lien de l’Internet Archive.

Commentaire / Comment

Commenter

  1. Intéressant car je pensais à l’inverse : être une femme cis et féministe c’est pour moi avoir au moins un peu de misogynie intériorisée, même si peu, et donc les hommes (cis ou trans) en ont forcément un peu aussi, mais pas forcément plus. Mais ça reste la même idée (peut-être moins positive).