par

Comprendre et éviter l’épuisement militant

❤️

J’ai commencé à écrire un article sur l’importance de la pédagogie quand on milite pour améliorer la société, et puis en commençant à écrire, je me suis dit qu’il fallait quand même poser les bases pour que ça ne se finisse pas en épuisement militant express. Alors que la réflexion s’allongeait à toute vitesse, je me suis rendu compte que si j’en faisais l’intro de mon article, comme j’avais prévu au début, personne ne lirait jusqu’à la partie importante. Voici donc un article un peu plus fouillé – mais n’oubliez pas de revenir quand j’aurai posté l’article sur la pédagogie militante !

Introduction : d’où vient l’épuisement militant ?

L’épuisement militant, c’est le fait de s’épuiser à la tâche en essayant d’améliorer la société, pour faire très court.

Dans le contexte de cet article, je veux me concentrer sur une cause spécifique de l’épuisement militant : l’injonction à la pédagogie. Si vous voulez une meilleure vue d’ensemble, je vous recommande le dossier Burn-out militant de la revue Mouvements (sorti après la rédaction de cet article).

Le problème : quand on se bat pour une cause qui nous tient particulièrement à cœur, notre entourage va vite s’attendre à ce qu’on nous l’explique. En détail. Avec des sources et des explications. Et potentiellement à chaque repas de famille, avec les mêmes arguments à chaque fois. Mais attention, si vous le faites remarquer, vous desservez la cause et ça ne donne vraiment pas envie de militer avec vous hein !!

Dans ce contexte, il est commun de se retrouver à avoir dépensé du temps et de l’énergie à expliquer la cause qui nous tient à cœur à des personnes qui n’avaient jamais eu l’intention de comprendre ; et en prime, il n’est pas impossible de se retrouver à être « l’hystérique de service » si la forme ne convient pas. C’est une cause commune d’épuisement militant. (On verra plus tard que quand le public n’est pas le bon, la forme ne peut pas convenir, par définition.)

Le fait de poser des questions sans se soucier des réponses, juste pour fatiguer la personne qui a exprimé une affirmation, est appelée le sealioning, en référence à cette petite BD (traduite à l’arrache par mes soins) :

Les interlocuteur·ices de mauvaise foi nous épuisent, et pour cause. On se met sur la défensive, et on ne donne plus forcément le bénéfice du doute aux prochaines personnes qui nous poseront des questions. Un « Google est ton ami », un « je ne te dois pas d’explications », et on retourne dans notre zone de confort, notre espace safe.

Quelques problèmes de l’épuisement militant

Les safe spaces peuvent nous faire du mal

L’épuisement est total, et on se renferme dans son espace safe. On s’isole avec des personnes qui sont entièrement d’accord avec nous, dans des chambres d’écho, où tout le monde répète la même chose ad nauseam. Notez bien que quand je dis que les chambres d’écho ont un effet néfaste, je ne dis pas « allez suivre quelques suprémacistes blanc·hes pour compenser », évidemment, mais que je parle seulement de s’enfermer dans des sous-courants très spécifiques d’un militantisme donné et de ne plus du tout y évoluer.

C’est un cercle vicieux. La zone de confort est sévèrement attaquée, alors on s’y enferme un peu plus pour se protéger, sauf que ça réduit d’autant plus notre zone de confort de moins évoluer avec des personnes qui sont de bonne foi mais n’ont pas appris tout ce qu’on a eu la chance d’apprendre. Du coup, notre tolérance va baisser, encore et encore, et une question ignorante devient un « propos problématique », jusqu’à ce qu’on soit seul·es, sans apprendre, sans échanger, sans soutien. Une isolation involontaire, mais bien provoquée par nous-mêmes.

J’aime bien la façon dont Mouffette présente la problématique, dans le cadre notamment de la transidentité (BD en français).

Un autre exemple, c’est celui du « tone policing ». Le tone policing, j’en ai parlé plus haut : c’est le fait de refuser la forme des arguments présentés par la personne qui explique une oppression. C’est-à-dire que non seulement « il faut » expliquer les choses, et bien les expliquer, mais en plus, il faut les expliquer gentiment, avec le sourire et une patience infinie. Le problème, c’est que la lutte contre le tone policing devient parfois juste un passe-droit pour ne pas faire preuve de décence élémentaire. Non, il ne faut pas expliquer les choses, on peut ne pas répondre, on peut dire « j’ai pas l’énergie / l’envie de répondre ». Par contre, répliquer « bah cherche je suis pas ta mère » à quelqu’un qui ne comprend pas bien un truc de base, ça risque d’être franchement contre-productif, plus dangereux encore que de ne pas répondre. Et ce, à la fois parce que la personne ne va pas être plus éduquée, mais aussi – et surtout – parce que ça vous rend antipathique à ses yeux (et à ceux du public s’il y en a un) et que ça pourrait vous isoler encore plus.

J’ai la conviction que les espaces sécurisés sont essentiels, parce qu’on ne peut pas militer en permanence sans épuisement militant. Mais je pense aussi qu’ils sont dangereux, parce qu’il est facile d’oublier d’en sortir, et surtout qu’on a une définition de plus en plus étriquée de l’espace sécurisé, jusqu’à ce qu’il ne définisse finalement plus rien de réel.

Peut-on militer en vase clos ?

Dans sa zone de confort, entouré·e de personnes 100% d’accord avec nous et « éduquées », on ne reçoit plus de questions ignorantes. Or, l’ignorance permet d’apprendre. (Est-il nécessaire de rappeler, là encore, que je parle d’ignorance et pas de mauvaise foi ?)

En ne faisant pas découvrir nos valeurs à de nouvelles personnes :

  • On n’y réfléchit plus : rien de tel que de discuter de quelque chose, et que de l’enseigner surtout, pour s’assurer qu’on l’a compris.
  • On ne les remet pas en question : un regard frais sur un sujet figé nous permet parfois de nous poser des questions. Ces questions pourront ensuite nous conforter dans notre opinion ou nous faire revisiter des détails, voire les fondations de nos croyances, et il est important de les poser.
  • On se rend soi-même vulnérable : il suffit d’un « mauvais virage », d’un élément nuisible dans un groupe homogène, pour radicaliser les gens sur un discours haineux et facilement discréditer toute critique comme une critique du groupe. Par exemple, les nombreux groupes de féministes radicales à qui les transphobes infiltrées ont répété que défendre les personnes trans, finalement, c’était attaquer les femmes. Quand on n’interagit pas avec les « autres groupes », on ne voit pas de nouvelles idées.

En ne faisant pas découvrir nos valeurs à de nouvelles personnes, on peut bien vivre en accord avec elles, mais on ne risque pas d’améliorer la société pour le plus grand nombre, et on en souffrira aussi, mécaniquement. En plus de ça, ce sont toujours les mêmes personnes qui se taperont le travail militant, et là aussi, on a un cercle vicieux : il n’y a pas beaucoup de personnes qui prennent le temps d’expliquer X, donc je deviens la personne de référence, donc je suis épuisé, donc j’arrête, donc il y a encore moins de personnes qui prennent le temps d’expliquer, donc la prochaine personne de référence est épuisée, etc.

Pas d’intersectionnalité sans questions bêtes

J’ai  la conviction que sans pédagogie militante, on ne peut pas avoir d’intersectionnalité. Je suis blanc, diplômé d’université, franco-canadien. Mon environnement militant trans est plutôt blanc, plutôt diplômé d’université, plutôt européen et nord-américain. Je consomme, crée et partage des ressources en anglais sans difficulté. Tous ces biais de mon côté ne me permettent pas de simplement énoncer « mes évidences » à un homme cishet noir, qui a grandi en France avec une expérience du genre complètement différente de la mienne, ou à une personne qui ne parle pas anglais et pour qui mes vidéos d’une heure préférées ne sont pas accessibles, ou à quelqu’un qui n’a pas l’aisance numérique nécessaire pour naviguer d’une ressource en ligne à une autre (j’en parlerai beaucoup plus dans le deuxième article).

Il serait trop facile pour moi d’y voir un manque de volonté d’apprendre, alors que je prends pour une évidence quelque chose qui ne l’est pas du tout pour une personne lambda. De la même façon, je pose moi-même avec une régularité affligeante des questions absolument stupides aux yeux d’une personne handicapée ou non blanche.

Le fait de se forcer à expliquer son point de vue force aussi à écouter celui des autres, et partir d’une position de respect mutuel et de conscience de nos angles morts est un prérequis absolu à l’apprentissage, et donc à un soutien inconditionnel et réellement transformateur.

Équilibrer pédagogie militante et énergie personnelle

La bonne nouvelle, c’est que la pédagogie est un sport de combat, euh non, un muscle et que plus on la sollicite, moins elle a de courbatures (oui, la métaphore a ses limites). Ce n’est pas parce que la conversation devient elle-même plus facile, mais seulement parce qu’on apprend, avec le temps, à mieux choisir ses combats pour éviter l’épuisement militant. J’espère que partager ces quelques points vous aidera à apprendre les bases d’une façon un peu plus douce que ce que j’ai vécu 🙂

J’ai pris des notes en français d’une vidéo que j’aime énormément, The Alt-Right Playbook. En voici l’extrait pertinent ici, avant qu’on commence à parler de choisir ses causes :

Avant de commencer à en parler, j’insiste (enfin, Innuendo Studios insiste, mais je répète) : Gabe est tombé dans l’alt-right parce qu’on lui a dit qu’en tant qu’homme blanc hétérosexuel cisgenre, le monde tourne autour de lui. Ce n’est pas vrai.

Et c’est important de se souvenir que ce n’est pas vrai, parce qu’on tombe parfois dans le piège de dépenser plus d’énergie à ramener des gens d’extrême-droite dans la vie normale plutôt qu’à protéger les gens qu’ils persécutent. On dépense aussi trop souvent plus d’énergie à essayer de convaincre tous les Gabe du monde qu’à voter, à manifester, à protéger les minorités et à se battre pour le droit du travail. Et si on faisait ça à la place, les opinions de Gabe n’auraient pas de poids dans la société. Notre valeur ne dépend pas de notre capacité à faire changer d’avis Gabe.

Apprendre à reconnaître une cause perdue

Vous connaissez peut-être l’adage anglophone Don’t feed the troll. Ne nourrissez pas les trolls, c’est-à-dire les personnes qui ne font preuve d’aucune bonne foi et essaient juste de vous provoquer, en leur accordant du temps et de l’énergie qui pourraient être mieux dépensés ailleurs. Mais pour ça, il faut réussir à identifier qui est un troll et qui est ignorant, et arriver à se dépatouiller dans le cas des gens edgy, qui aiment provoquer mais sont plus ou moins ouverts d’esprit, au cas par cas.

Selon moi, et mon point de vue n’a pas besoin d’être partagé avec tout le monde, il vaut mieux s’épuiser (un peu) sur un troll que fermer le débat avec une personne qui s’est exprimée maladroitement. (Remarquez que ceci ne fonctionne que si les points présentés plus bas sont aussi respectés.) John Stuart Mill disait qu’exprimer une opinion fausse mène au débat, et que refuser le débat pourrait transformer cette opinion fausse en « nouvelle vérité » aux yeux de la personne qui l’a émise et n’a reçu aucun argument en réponse, plutôt qu’en point de départ de recherche de la vérité.

C’est une question de comportement : il y a des gens qui affirment quelque chose dont ils ne sont pas certains, et qui voient ça comme une invitation à la discussion, et il y a des gens qui disent quelque chose avec toute la conviction du monde et pour qui on peut s’arrêter là. Il y a des personnes qui posent une question parce qu’elles veulent entendre votre réponse, et des personnes qui posent une question pour donner l’impression d’être ouvertes à la discussion alors que leur avis est parfaitement arrêté. La façon dont quelque chose est dit n’est pas forcément l’indice le plus pertinent pour reconnaître quelqu’un avec qui il ne sert à rien de débattre.

Alors, qu’est-ce qui indique clairement qu’on est en train de perdre son temps et qu’on va tout droit vers l’épuisement militant ?

Le premier indice, c’est une vue d’ensemble de sa personne. Je vais parler plus tard de l’intérêt de faire preuve de pédagogie seulement envers les gens qu’on connaît, mais si vous voulez vraiment aller vous épuiser sur le réseau social de votre choix, regardez au moins les likes / fav / posts et la bio sur le profil de la personne. Dans 80% des cas, ça répond plutôt bien à la question «est-ce qu’elle a fait une erreur en s’exprimant maladroitement ?».

Trouvez ensuite les motifs qui se répètent dans la discussion. Si quelqu’un dit un truc vraiment bête et méchant, que vous avez une discussion à cœur ouvert et qu’elle se dit convaincue, et qu’elle redit le truc vraiment bête et méchant trois jours plus tard, elle est peut-être en train de vous prendre des ressources pour rien. (À différencier de la personne qui dit un autre truc bête et méchant : peut-être que celle-ci part juste de très très loin.)

Être provocateur·ice, c’est un trait de caractère franchement pas génial, mais ce n’est pas un profond problème. Ce qui est plus important, c’est la réaction face à quelqu’un qui dit «ton propos m’a blessé·e», ou «l’humour noir sur un sujet peut faire très mal, et on ne s’en rend pas forcément compte si on ne fait pas partie du groupe visé», etc.

Tout le monde peut dire quelque chose de discriminatoire, consciemment ou non ; mais après un commentaire patient en réponse, il y a les gens qui disent «je voulais pas te blesser» et/ou qui suppriment et les gens qui disent «ouin ouin on peut plus rien dire cancel culture ouin ouin si c’est comme ça je deviens éditorialiste pour le Point». (Notez bien que si la réponse est agressive, la personne va se braquer.)

J’aime beaucoup cet échange qui rappelle que si la personne d’en face ne fournit absolument aucun effort, vous ne lui devez strictement rien non plus.

Enfin, voyez comment une discussion se passe. Par exemple, faites attention aux commentaires sur la forme de votre argumentation. Je prends un exemple tiré directement de l’article du blog Feminazgul en colère sur le sujet du tone policing :

  • Je raconte une anecdote de comportement sexiste, on me répond que j’exagère, ou que je généralise, ou que mon cas est exceptionnel ;
  • Je partage donc des témoignages ou articles sur le sujet, la même personne me répond que c’est biaisé puisque seules les féministes extrémistes se plaignent contrairement à la majorité silencieuse qui ne se plaint pas ;
  • Je partage enfin des études, des statistiques, et l’autre réplique que de toute façon on peut faire dire tout et n’importe quoi aux chiffres ;
  • Je lâche l’affaire : clairement, la perception de cette personne lui importe plus que toutes les preuves qu’on peut lui apporter et le débat est stérile.

(Je tiens à préciser que cet article contredit directement pas mal de points du mien : c’est cool, on a des méthodes et approches différentes. Ce paragraphe est un ressenti partagé entre nous, qui nous mène à la même conclusion, qui est qu’on n’a pas à s’entêter dans cette «conversation».)

Choisir ses interlocuteur·ices

Je veux être très clair sur ce point : rien dans cet article n’a d’intérêt si vous essayez de discuter avec des personnes que vous ne connaissez pas.

On ne débat pas avec quelqu’un si les critères suivants ne sont pas remplis :

  • Un respect mutuel entre les personnes, même si pas forcément entre les idées
  • Une envie d’avoir cette conversation
  • Une connaissance de la façon dont l’autre personne aime communiquer : format (vidéos ? articles ? discussion en tête-à-tête ?)
  • Une connaissance des convictions de la personne, sur ce sujet précis mais aussi sur ce qui l’entoure : on explique différemment qu’une conviction est discriminatoire avec quelqu’un qui partage plutôt bien nos convictions en dehors de ce point ou avec quelqu’un pour qui ce détail précis n’est qu’une extension de tout son système de valeurs.

Si vous n’avez pas ce contexte, alors vous n’allez pas réussir à faire changer d’avis la personne avec qui vous discutez. L’absence de respect fait que la personne n’est pas ouverte à vos arguments : vous parlez à un mur. Ne pas connaître les convictions et les façons d’apprendre de la personne rend la tâche quasi-impossible parce qu’elle vous demandera de trouver « la façon parfaite » de communiquer : vu que les possibilités sont à peu près infinies, les chances que vous tombiez sur un mode d’expression efficace du premier coup sont quasi-nulles.

Le premier critère est souvent un obstacle dans un milieu très hiérarchisé comme une famille française classique (il sera plus facile de remettre en question les convictions d’un·e adelphe que de vos parents) ou le travail, le deuxième peut s’appliquer à n’importe qui, les deux derniers sont à peu près impossibles à remplir dans le cadre d’une publication sur Internet, en dehors de personnes avec qui vous interagissez beaucoup.

Il est plus facile de se battre pour les autres que pour soi-même

En tout cas, c’est mon impression. J’essaie de me concentrer sur les combats où je peux être un bon allié, plutôt que sur ceux où je me bats pour mon propre droit à exister et à vivre dans le confort auquel tout le monde devrait avoir droit. Ce sont des combats qui me fatiguent infiniment moins parce qu’ils ne s’ajoutent pas à mon vécu quotidien. De plus, il est malheureusement naturel de faire confiance à quelqu’un de «neutre» (à savoir, pas touché par une certaine discrimination) sur un sujet quand on croit encore qu’il s’agit de victimisation et pas d’un vrai problème.

La personne qui m’a le plus appris sur le féminisme, et qui m’a fait prendre conscience que j’étais moi-même féministe, à une lointaine époque, est à ma connaissance un homme cisgenre et hétérosexuel.

Si vous voulez en savoir plus, quelques ressources que j’aime bien :

Attention : il ne s’agit pas de «voler le micro» aux personnes discriminées, mais de les soutenir, c’est-à-dire par exemple :

  • de se renseigner pour ne pas propager à votre tour des bêtises en essayant d’aider ;
  • de gérer les débats avec vos proches qui n’ont personne avec qui échanger sur le sujet (ex. si votre oncle se pose des questions sur la transidentité, c’est le moment de vous y coller, dans beaucoup de cas) ;
  • de corriger les propos blessants et/ou faux tenus par des proches, en présence ou non de personnes concernées ;
  • de donner aux personnes concernées la possibilité (mais pas le devoir) de s’exprimer auprès de publics plus étendus ;
  • de rappeler que les personnes concernées peuvent aider mais n’ont pas de devoir d’éduquer les autres, et de prendre le relais, par exemple en partageant des ressources créées par des membres de leur groupe.

Conclusion sur l’épuisement militant

Battez-vous pour des causes que vous maîtrisez. Instruisez-vous pour avoir des choses pertinentes à dire. Limitez vos combats en visant un public restreint (les personnes qui peuvent changer d’avis après vos explications), en prenant en main des sujets qui ne vous affectent pas directement, et en sachant quand lâcher l’affaire. Ne vous épuisez pas à la tâche, mais quand vous décidez de vous engager dans un acte de pédagogie militante, faites-le correctement.

Dans la suite (qui ne sera pas forcément le prochain article de ce blog), je me concentrerai sur cette question, justement : comment faire preuve de pédagogie militante et comment ne plus jamais dire ou entendre «Google est ton ami» ?

Commentaire / Comment

Commenter

  1. @XavCC Ohh ! C’était pas un choix, je connaissais juste pas. Je viens de lire l’article lié qui est super intéressant (et colle a peu près parfaitement à ce que j’essayais d’exprimer), l’occasion d’en apprendre plus ! Merci !n

  2. Un réflexion super intéressante, merci pour l’article et pour les nombreux liens!
    J’ai particulièrement apprécié le point sur la vulnérabilité qu’expose trop d’entre-soi aux discours haineux ; j’avais pas vu le lien exprimé comme cela avant, notamment par rapport aux discours transphobes.

  3. @alexture Merci pour cet article 🤗​Oh que oui on a besoin d’accepter les questions naïves : elles viennent parfois de personnes qui pourraient elles-mêmes devenir militantes si on les traite correctement… mais qui associeront une réponse agressive au mouvement 😕

  4. Comme la plupart des personnes saines d’esprit, je déteste contribuer aux sujets LGBT sur Wikipédia. Contrairement à elles, je n’apprends pas de mes erreurs et…